Jacopo Pontormo
Notre Dame de la Visitation



 

SOCAMA
1021 rue du Conseil
Sherbrooke, Quebec
J1G 1M2

Numéro d'Organisme de charité enregistré: 81027 4175 RR0001

Notre-Dame-de-la-Visitation de Champlain - I

L'église Notre-Dame-de-la-Visitation de Champlain est classée monument historique national pour trois principales raisons:

1. Elle est représentative de la période dite de l'Église triomphante (1840-1940);
2. Elle est l'oeuvre majeure de Édouard Meloche qui l'a entièrement décorée en trompe-l'oeil;
3. Elle conserve plusieurs pièces anciennes du patrimoine religieux de France et du Québec, remontant aussi loin qu'avant 1685.

Les origines de la paroisse Notre-Dame-de-la-Visitation remontent à la concession de la seigneurie de Champlain en 1664. Cette année-là ou l'année suivante, un premier lieu de culte est aménagé et des registres paroissiaux sont ouverts. Quoique les premiers défrichages de terre sur le territoire de Champlain remontent à 1643, l'établissement permanent date de 1664 ou 1665.

 

Champlain devient alors la huitième paroisse fondée en Nouvelle-France, après Québec (1608), Trois-Rivières (1634), Sillery (1638), Montréal (1642), Cap-de-la-Madeleine (1652), Sainte-Anne-de-Beaupré (1657) et Château-Richer (1661).
Champlain a été desservi par des missionnaires jusqu'en 1684. Cette année-là, Mgr François de Laval érigeait canoniquement la paroisse sous le vocable de Notre-Dame-de-la-Présentation. Ce nom a été remplacé par Notre-Dame-de-la-Visitation entre 1714 et 1716.
Aujourd'hui, Champlain compte une population d'environ 1600 Champlainois(es).

Les bancs ont été réalisés en 1879. Le maître-autel, les autels latéraux et la cuve de la chaire datent de 1881, année ou l'on a commencé la décoration intérieure de l'église. L'escalier et l'abat-voix sont des ajouts et datent de 1914, année ou la chaire a été suspendue à une colonne. Auparavant la chaire était sur rails et le sacristain la roulait au besoin au centre du bas-chœur.

autl01.jpg

Le chandelier pascal est l'œuvre de François Normand (1779-1854). Il a été commandé en 1813 pour la troisième église. L'autel de la célébration, réalisé en 1826, est attribué au même sculpteur. Il s'agit du tombeau d'un autel latéral de la troisième église. Des éléments de son ancien retable ont été utilisés dans les années 1960 pour faire la base actuelle des fonts baptismaux, alors que la cuvette, de bois, est une ancienne lampe du sanctuaire en usage dans la première église et mentionnée dans l'inventaire de 1687.

Le banc du vire-chien, ou garde-chien, près de la sortie, était occupé par le connétable ou constable dont les tâches consistaient à maintenir l'ordre dans l'église, à ouvrir ou fermer les portes lors des mariages ou des funérailles, à chauffer le poêle et à empêcher…les chiens d'entrer. Un autre banc de connétable se trouve au jubé.

***

» Partie II