Nouveautés
______________

4 nov 2017
Saviez-vous que la première apparition de la Vierge a donné lieu à un phénomène de bilocation ?
______________

29 oct 2017
Comment Theotokos est devenu le nom parfait de la Vierge Marie
______________

22 oct 2017
Comment a été conçue la Vierge Marie ?


______________

14 oct 2017
13 octobre 1917 à Fatima, le miracle de « la danse du soleil
______________

7 oct 2017
Les Marianistes

 

 


______________

30 sept 2017
Que disent les terribles prophéties de Notre-Dame de La Salette ?
______________

16 sept 2017
Les sept douleurs de la Vierge


______________

10 sept 2017
Notre-Dame de la Salette


______________

2 sept 2017
Salus populi romani


______________

26 août 2017
Origine de la tradition mariale - Le mystère de la Femme
______________

19 août 2017
NOTRE-DAME
DE BENOÎTE-VAUX
______________

12 août 2017
LA VIERGE MARIE DANS LA VIE DE SAINTE THÉRÈSE DE L’ENFANT-JÉSUS DE LA SAINTE FACE
______________

30 juillet 2017
À BANNEUX, LA « VIERGE DES PAUVRES » SOULAGE LES SOUFFRANCES
______________

22 juillet 2017
À BEAURAING, LA VIERGE AU CŒUR D’OR CONVERTIT LES PÉCHEURS
______________

15 juillet 2017
LA VIERGE MARIE DANS LA VIE DE SAINTE THÉRÈSE DE L’ENFANT-JÉSUS DE LA SAINTE FACE
______________

1 juillet 2017
La Mère de la miséricorde
en gloire

______________

17 juin 2017
À BEAURAING, LA VIERGE AU CŒUR D’OR CONVERTIT LES PÉCHEURS

______________

14 juin 2017
Pour la fête du
Saint-Sacrement

______________

1 juin 2017
La puissance du "Je vous salue Marie"

______________

20 mai 2017
“Je suis du Ciel”, le récit de Fatima
______________

6 mai 2017
La plus ancienne représentation de la Vierge Marie identifiée?

______________

29 avril 2017
SUR LES GLOIRES DE LA VIERGE MÈRE
SAINT-BERNARD

______________

23 avril 2017
La capacité de souffrir du péché en Marie Immaculée

______________


SOCAMA
1021 rue du Conseil
Sherbrooke, Quebec
J1G 1M2

Numéro d'Organisme de charité enregistré: 81027 4175 RR0001

 

Qui sommes-nous?

La Société Canadienne de Mariologie ( SCM ) est une Association théologique catholique, fidèle au magistère ecclésial et dédiée à l’étude et à la promotion de la personne et du rôle de la Bienheureuse Vierge Marie dans le mystère du Christ et de l’Église.

La Société veillera à promouvoir ainsi l’étude de la théologie mariale et un sain culte à la même Mère de Jésus Christ par l'organisation d'un Congrès Annuel et par des publications toujours dans l’élan de la nouvelle évangélisation demandée par les plus récents Souverains Pontifes. Il s’agit donc d’un aspect spécifiquement académique et théologique qui se joint à la vie de foi, de prière et de témoignage ecclésial vécus dans une authentique spiritualité mariale où la place de la liturgie et des dévotions sera reconnue et célébrés.

En outre d’être en harmonie avec le magistère pontifical, la SCM aura un grand souci de maintenir la communion de foi avec les archevêques, évêques et éparques du Canada et dans l’esprit du renouveau ecclésial promu par le Concile Œcuménique Vatican II. Sensible et ouverte aux problèmes et aux défis, tout comme aux richesses et aux spécificités de la vie de l’Église présente au Canada, la SCM se fera proche particulièrement des jeunes tout en gardant une dimension rigoureusement théologique et profondément pastorale en répondant ainsi aux besoins spirituels et de foi des canadiennes et des canadiens d’aujourd’hui.

La SCM se voit comme un des grains du grand réseau des sociétés mariologiques internationales et sera donc soucieuse de collaborer activement et fraternellement avec elles. Elle fera son possible afin de maintenir et de promouvoir un sincère dialogue et une fructueuse collaboration aussi avec les divers Instituts de Vie Consacrées, des Sociétés de Vie Apostolique et des Communautés Nouvelles que l’Esprit Saint a fait surgir dans l’Église au Canada.

 

 

   


Magnificat * anima mea Dominum.
Et exsultavit spiritus meus * in Deo salutari meo.
Quia respexit humilitatem ancillae suae: * ecce enim ex hoc beatam me dicent omnes generationes.
Quia fecit mihi magna qui potens est: * et sanctum nomen eius.
Et misericordia eius a progenie in progenies * timentibus eum.
Fecit potentiam in brachio suo * dispersit superbos mente cordis sui.
Deposuit potentes de sede, * et exaltavit humiles.
Esurientes implevit bonis: * et divites dimisit inanes.
Suscepit Israel puerum suum, * recordatus misericordiae suae.
Sicut locutus est ad patres nostros * Abraham at semini eius in saecula.
Gloria Patri, et Filio, * et Spiritui Sancto.
Sicut erat in principio, et nunc, et semper, * et in saecula saeculorum. Amen.

 

LE SILENCE DE LA VIERGE

DU CARDINAL PIERRE DE BERULLE

Le partage de la Vierge est d’être en silence. C’est son état, c’est sa voie, c’est sa vie. Sa vie est une vie de silence qui adore la Parole éternelle. En voyant devant ses yeux, en son sein, en ses bras, cette même Parole, la Parole substantielle du Père, être muette et réduite au silence par l’état de son enfance, elle entre en un nouveau silence et y est transformée à l’exemple du Verbe incarné qui est son fils, son Dieu et son unique Amour. Et sa vie se passe ainsi de silence en silence, de silence d’adoration en silence de transformation ; son esprit et ses sens conspirant également à former et à perpétuer en elle cette vie de silence. 

Et c’est un de ces effets sacrés et divins du silence de Jésus de mettre la très sainte Mère de Jésus en une vie de silence. Silence humble, profond et adorant plus saintement et plus disertement la sagesse incarnée, que les paroles ni des hommes ni des anges.

Ce silence de la Vierge n’est pas un silence de bégaiement et d’impuissance, c’est un silence de lumière et de ravissement. C’est un silence plus éloquent, dans les louanges de Jésus, que l’éloquence même. C’est un effet puissant et divin dans l’ordre de la grâce, c’est-à-dire, c’est un silence opéré par le silence de Jésus, qui imprime ce divin effet en sa Mère et qui la tire à soi dans son propre silence, et qui absorbe en sa divinité toute parole et pensée de sa créature.

Aussi est-ce une merveille de voir qu’en cet état de silence et d’enfance de Jésus, tout le monde parle et Marie ne parle point, le silence de Jésus ayant plus de puissance de la tenir en un silence sacré, que les paroles ni des anges ni des saints, n’ont de force à la mettre en propos et la faire parler de choses si dignes de louanges, et que le ciel et la terre unanimement célèbrent et adorent. Les anges en parlent, et entre eux-mêmes et aux pasteurs : et Marie est en silence.

Les pasteurs courent et parlent ; et Marie est en silence. Les rois arrivent, parlent et font parler toute la ville, tout l’Etat et tout le sacré synode de Judée ; et Marie est en retraite et en silence. Tout l’Etat est ému et chacun s’étonne et parle du nouveau Roi recherché par les rois ; et Marie est en son repos et en son sacré silence. Siméon parle au Temple et Anne la prophétesse, et tous ceux qui attendent le salut d’Israël : et Marie offre, donne, reçoit et rapporte son Fils en silence. Tant le silence de Jésus a de puissance et d’impression secrète sur l’esprit et sur le coeur de la Vierge, et la tient puissamment et divinement occupée et ravie en silence. 

Car aussi durant tout le temps de son enfance, nous n’avons que ces paroles qui nous soient rapportées de la conduite de la Vierge, et de sa piété au regard de son Fils et des choses qui sont dites de Lui, et accomplies en Lui : « Marie conservait tout cela et elle le méditait dans son coeur. » (Luc 2,51). Voilà l’état et l’occupation de la Vierge, voilà son exercice et sa vie au regard de Jésus, durant sa sainte enfance.

Pic

Notre-Dame du Canada
Marius Dubois
Basilique Notre-Dame de Montréal

ECDQ.tv
Reportage - Société Canadienne de Mariologie

Marie qui défait les noeuds