William Bouguereau
La Vierge aux Anges


 


Société canadienne de mariologie
2000 rue Sherbrooke Ouest,
Montreal, Quebec, H3H 1G4.
Tel.: 514-935-1169 poste 419

 

Classiques de mariologie

Saint Jean Eudes
1601-1680

Saint Jean Eudes, né le 14 novembre 1601 à Ri, en Normandie (France) et décédé le 19 août 1680 à Caen (France), est un prêtre français oratorien, fondateur d'un institut religieux consacré à la formation des prêtres. A l'origine de plusieurs séminaires dans sa Normandie natale il fut un acteur majeur de l'École française de spiritualité. Canonisé par Pie XI en 1925 il est liturgiquement commémoré le le 19 août.

    Le royaume de Jésus   »  

    L'Enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu I   »  

    Le Coeur admirable de la Très Sacrée Mère de Dieu II   »  

    Le Coeur admirable de la Très Sacrée Mère de Dieu III   »  

 

Saint Louis-Marie Grignon de Montfort
1673-1716

Louis-Marie Grignion de Monfort, né le 31 janvier 1673, à Montfort, en Bretagne (France) et décédé le 28 avril 1716, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, France), est un prêtre français et fondateur de deux congrégations religieuses la Compagnie de Marie (Pères Montfortains) et des Frères de l'instruction chrétienne de Saint-Gabriel.
Représentant majeur de la seconde génération de l'École française de spiritualité il a été canonisé en 1947 par Pie XII. Liturgiquement il est commémoré le 28 avril.

     Oeuvres de Saint Louis-Marie Grignon de Montfort   »   ou en .doc

 

Saint Alphonse de Liguori
1696-1787

Alphonse Marie Antoine Jean Côme Damien Michel Gaspard de Liguori naquit au manoir de son père, à Marianella, quartier de Naples, le mardi 27 septembre 1696 et mourut à Nocera de' Pagani, le 1er août 1787. Il embrassa l'état ecclésiastique à 27 ans et évangélisa les pauvres des campagnes. Issu de la haute société napolitaine, orateur doué, il prêchait néanmoins toujours sans artifice oratoire de façon à être compris de tous notamment des moins instruits. Il fonda la congrégation du Très Saint Rédempteur, dont les membres sont appelés Rédemptoristes. Fête le 1er août.

     Les gloires de Marie   »     +  

Saint Maximilien Kolbe
1894-1941

Rajmund Kolbe, en religion Maximilien Marie Kolbe, né le 7 janvier 1894 à Zduńska Wola en Pologne et mort (injection de phénol) au camp de concentration d'Auschwitz le 14 août 1941 était un frère franciscain conventuel polonais, qui s'est offert de mourir à la place d'un père de famille dans le camp de concentration nazi à Auschwitz I.
Canonisé le 10 octobre 1982 par Jean-Paul II il est vénéré dans l'Église catholique sous le nom de « saint Maximilien Kolbe » et liturgiquement commémoré le 14 août.

     Pensées de Saint Maximilien Kolbe sur le Rosaire   »   

     Litanies de Saint Maximilien-Marie Kolbe   »   

Jean-Jacques Olier
1608-1657

Jean-Jacques Olier de Verneuil (20 septembre 1608 à Paris - 2 avril 1657 à Paris), dit aussi « Monsieur Olier », était un mystique et un prêtre français.
Il a créé le premier séminaire français, à la suite du concile de Trente, a fondé la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Sa communauté a participé à l'essor des missions dans les campagnes de France, aux développements des séminaires en France et à l'évangélisation du Canada.

     Vie intérieure de la Très Sainte Vierge  »  

María de Jesús de Ágreda
1602-1665

María de Jesús de Ágreda, née María Fernandez Coronel (1602-1665), est une religieuse (en religion Sœur Marie de Jésus, l'abbesse de Ágreda) et une mystique espagnole.

Née à Ágreda en Vieille-Castille, dans une famille de quatre enfants, elle entra dans l'Ordre de l'Immaculée Conception le 13 janvier 1619 avec sa mère et sa sœur, alors que son père et ses frères entrèrent dans les frères du Saint-Sacrement.

À partir de 1620, elle aurait vécu une série de visions extatiques du Saint-Esprit, de la passion du Christ, de la Pentecôte, de l'Enfant-Jésus et de la Reine des anges. Elle tombait en ravissement devant le Saint-Sacrement et semblait avoir un don de lévitation. Elle dut toutefois subir des assauts occultes.

Choisie comme abbesse en 1627, elle aurait reçu des apparitions de la Sainte Vierge la même année, qui l'aurait chargée de la mission d'écrire l'histoire de sa vie. Elle dut reconstituer ses notes face aux réticences de son premier confesseur face à ses propres inquiétudes.

Son œuvre principale est La Cité mystique. Ce livre fut au départ l'objet d'une controverse, ayant été critiqué par Bossuet, mais il fut réexaminé sur l'ordre de Benoît XIV et réédité en 1862 et 1926.

Décédée en 1665, sa cause en béatification fut introduite en 1671 et elle fut déclarée vénérable huit années plus tard.

     Le Cité mystique de Dieu  »